Ménard misogyne père fouettard

Dans le journal municipal de
Béziers, Robert Ménard  se félicite de la
«fessée judiciaire» infligée à la Ligue des droits de l’homme. Soit. Mais c’est
la “fessée” qui intrigue.  D’autant
plus que la photo publiée est éloquente… Il se croit malin avec cet humour douteux, mais il ne révèle qu’un sexisme stupide…



797584-capture-d-ecran-2015-08-06-a-191256_1_.png


«Fessée
judiciaire, visiblement la LDH y prend goût !»
: voilà le merveilleux titre
choisi par le journal municipal de Béziers pour son numéro du mois d’août
pour fêter la victoire judiciaire de la mairie sur la Ligue des droits de
l’homme, qui
s’opposait à une crèche de Noël dans la hall de l’hôtel de ville.
Et
pour accompagner ce titre de très bon goût, le journal du maire d’extrême
droite Robert Ménard a choisi une photo montrant un homme administrer une
fessée à une femme avec ses escarpins. Une image tirée du film Girl Shy sorti
en 1924 remarquent les Inrocks. Juste à côté de la photo, le journal a en
plus ajouté à droite un petit dessin montrant, une fois encore (au cas où
personne n’aurait compris), un homme donner la fessée à une femme en maillot
pour illustrer un «Rappel des précédentes fessées» infligées à la LDH.

L’article
a notamment été repéré par le secrétaire national du Parti de gauche Alexis Corbières,
originaire de Béziers
et ulcéré (comme nous) par cette photo : «A
Béziers quand Ménard l’emporte contre la LDH, il fantasme et se dessine donnant
la fessée à une femme en bikini»
. L’association féministe Les efFRONTées,  a elle tweeté:
«Ménard : ne répend  pas tes fantasmes
misogynes sur la place publique !»

Sans
compter que le journal de Robert Ménard fait aussi sa une sur la feria de
Béziers avec un crucifix en arrière-plan et annonce une messe dès les premières
pages, désignée comme «un hommage rendu à nos racines historiques».

Dès
son arrivée à la mairie de Béziers, Robert Ménard
a utilisé le journal de la ville comme arme de propagande.
«C’est
de la presse engagée, un journal de combat»
, dit-il lui-même. En mai
dernier, le magazine avait notamment défendu son maire, critiqué pour avoir fiché
des élèves musulmans
.

(Photo
: capture d’écran du journal municipal de Béziers)

Reporters
sans frontières.


Partager :
Ensemble 34