Le Journal de Béziers, un torchon brûlant



Police
ou journal, Robert Ménard arme tout ce qui est municipal dans la ville qu’il
dirige désormais. Ou comment lancer un nouveau média d’extrême droite pour
mettre des mots et des images sur une politique déjà écœurante.




Le Journal de Béziers,
un torchon brûlant

Police
ou journal, Robert Ménard arme tout ce qui est municipal dans la ville qu’il
dirige désormais. Ou comment lancer un nouveau média d’extrême droite pour
mettre des mots et des images sur une politique déjà écœurante.

C’est
une publication si caricaturale qu’on l’on pourrait croire à une parodie. Mais
la réalité du nouveau journal municipal de Béziers fait vite passer l’envie d’en
rire. Lecture du numéro 13, daté du 15 mai 2015, que les plus courageux
pourront télécharger ici.

Une forme à la hauteur du fond

 

Passée
la couverture, une Marianne altière regardant avec insistance sur sa droite,
les surprises commencent. Dès la page 2, la publicité pour alléger son Impôt
sur la fortune (ISF) vaut son pesant de cacahuètes : « Un virus va
encore frapper », « sa prolifération s’étend chaque année »

et, pour faire bonne mesure, « en mai, il est encore temps d’atténuer
cette épidémie »
. À l’arrière-plan, un semblant de molécule du VIH :
la classe. Nul doute que, pour s’adresser aux 259 des 45.440 foyers fiscaux de
Béziers (chiffres 2013) assujettis à l’ISF, un simple courrier aurait été plus économique.
Mais le ton est donné et la première impression qui se dégage à la lecture du Journal
de Béziers
est d’abord visuelle. La maquette se situe quelque part entre Détective
pour la version française et les tabloïds anglais les plus répugnants comme The
Sun
pour les références internationales.

La
construction de la page est volontairement criarde et racoleuse. Une série de
très courts articles dont le titre est quasiment plus long que le contenu. Pour
qui cherche une information étayée et argumentée, c’est incontestablement raté,
mais le commentaire en moins de cinq-cents signes agrémenté d’une photo a cet
immense avantage de pouvoir être lu par tous. « Je voulais faire un
journal populaire »
, a déclaré Robert Ménard : reconnaissons que
la forme retenue est sans doute efficace pour distiller page après page le
poison des thématiques d’extrême droite.

L’ours
de la publication se réduit à la plus simple expression : le nom du
directeur de la publication, celui du maire de Béziers. Il est vrai qu’aucun
des articles n’est signé, pas même l’éditorial. “Il ne faut plus interdire
de parler des chiffres de l’immigration”. Le maire reconnaît prendre lui-même
la plume tout comme son directeur de cabinet ancien de Troisième voie et
Nouvelle résistance. À vrai dire, ça se voit.

Labourer les thèmes de l’extrême droite

 

beziers-journal-1-482b3.jpgLa
dernière livraison du Journal de Béziers ne se contente pas des
questions du fichage ethnique et religieux (lire l’encadré ci-dessous), ce sont
toutes les thématiques de l’extrême droite qui sont abordés. Celle de la sécurité,
de l’ordre, n’est pas oubliée. Vantant les résultats de sa politique et la
baisse de la délinquance sur sa ville, l’article (enfin si l’on peut dire) est
titré “Sale temps pour les voyous”. La mise en image se fait par une
pseudo interpellation d’un jeune – forcément un jeune – par ce qui devrait être
un policier municipal, mais qui ressemble à s’y méprendre à un gros bras de l’extrême
droite.

 

La
sélection culturelle est du même tonneau. Dans la rubrique “Ça n’engage
que nous”, le DVD recommandé est ainsi La Famille Bélier, agrémenté
d’une photo de Louane Emera, l’actrice principale, et de la formule « Lolita
de souche »
. Les quelques lignes qui justifient ce choix ne font guère
envie : « Un film qui (…) joue sur la France d’avant. Une
France rurale où on chante du Sardou à pleins poumons »,
une France « où
personne n’avait besoin de parler sans cesse de “vivre ensemble” et où
on n’avait pas besoin de débattre sur les repas de substitution à la cantine de
l’école »
. Et l’article de conclure sur l’actrice : « Née
en 1996, dans l’obscure cité de Hénin-Beaumont
(!), la petite française
de souche a tout pour appâter le nostalgique des années heureuses », « les
historiens du futur gloseront sans doute sur son cas ».

Coup
de chance, les mots croisés de ce numéro ont pour thème la pâtisserie, dans un
numéro précédent c’était un “spécial guerre d’Algérie”.

Béziers ce n’est pas non plus le paradis de l’opposition

 

Le
journal municipal se conclut par les textes des groupes d’opposition au sein du
conseil municipal. Une petite note de la rédaction vient rappeler, à regret
sans doute, que cet espace oppositionnel est obligatoire. Fort heureusement, « La
Tribune du groupe PS ne nous est pas parvenue »
, ce qui permet d’aérer
la page avec une colonne vide. Mais si Robert Ménard ne peut interdire aux
groupes un minimum d’expression publique, il n’hésite pas à ajouter des
commentaires aux écrits de ses opposants. Ainsi au court texte du conseiller
communiste Aimé Couquet, qui dénonce le fichage ethnique, s’ajoute la remarque
suivante tout en nuance : « Aimé Couquet devrait se rappeler l’époque
où son parti défonçait les foyers de travailleurs à coup de bulldozer… il
devrait donc avoir la pudeur de se taire. »

Robert
Ménard a fait de Béziers un laboratoire de l’extrême droite. En s’emparant de
la mairie, il bénéficie désormais de moyens institutionnels qui lui permettent
d’enraciner ses thématiques au sein de la population. « Nous défendons
nos idées, nous avons été élus. Notre journal a un point de vue, tous les
journaux municipaux font la même chose », a
ainsi déclaré le maire de
Béziers. Tiré à 44.000 exemplaires, le journal municipal initialement mensuel
est passé à un rythme bimensuel. Une manière comme une autre d’élargir son
emprise sur la ville, avec un certain succès : lors des élections départementales,
le FN a emporté les trois cantons de Béziers, envoyant ainsi six élus au
Conseil départemental de l’Hérault.

 

Fichage ethnique : un cheval de bataille

 

beziers-journal-3.jpgLe
numéro 13 du 15 mai 2015 fait une large place à la polémique née des propos de
Robert Ménard sur France 2, le 4 mai, à propos du fichage ethnique. Après avoir
affirmé au cours de l’émission Mots croisés qu’il disposait de tels fichiers
pour sa ville, le maire de Béziers s’est fait plus discret devant la police
judiciaire de Montpellier en déclarant « qu’il n’existait pas
de fichiers ou de comptabilité en mairie ». 
 

 Militant
pour la statistique ethnique, le journal construit sa charge autour de deux éléments :
des déclarations de responsables politiques Verts, UMP et même celles de Manuel
Valls, qui ont à un moment ou un autre souhaité la mise en place de telles
statistiques, la situation dans d’autres pays – notamment dans le monde
anglo-saxon où une telle pratique est la norme. Détail amusant, le journal met
en exergue un questionnaire du ministère de la Justice des États-Unis qui offre
les possibilités suivantes sur la race : indien d’Amérique, hispanique,
afro-américain, asiatique, hawaïen (polynésien) ou blanc. C’est à dire qu’un
Arabe, au grand dam de Robert Ménard, serait compté avec les Blancs.

Quoi
que l’on pense de l’utilité statistique (ou non) de fichiers ethniques voire
religieux, il est clair que dans le contexte politique actuel, l’existence de
telles données ouvriraient la possibilité d’un dévoiement majeur. Qui peut
penser que de tels chiffres n’auraient une utilisation qu’à des fins de
recherche ? Qui pourrait le garantir ? Évidemment personne.

G. Liégard, publié sur le site de Regards

Partager :
Ensemble 34