La disparition des terres agricoles ça suffit !

Dans le Montpelliérain, la bétonisation au détriment des terres
agricoles s’accélère. Le doublement de l’A9, le projet absurde d’une deuxième
gare TGV à la Mogère, les nouveaux quartiers ( OZ) détruisent la ceinture verte
au Sud de Montpellier. Aujourd’hui avec les projets du Caylus à Castelnau, de
la colline des Cévennes dans Montpellier, du complexe commercial
Oxylane/décathlon au Nord , sur la commune de St Clément,  on assiste à une accélération de la destruction
de terres fertiles. Il faudrait  au contraire
les  préserver pour une production agricole de qualité et de proximité. faisons le point sur les projets en cours…


non.JPG



En France 78000 hectares de surface agricole
disparaissent tous les ans

soit un stade de foot toutes les 5 minutes ou
1 département tous les 7 ans.

Les sols sont une ressource « consommée »de
manière complètement abusive, comme si elle était inépuisable. Ce sont les
meilleures terres, les plus fertiles, qui disparaissent en premier. Il convient
d’encadrer strictement la création de zones commerciales « ex-nihilo » en ne
les autorisant que là où elles sont totalement justifiées ”

Extraits
de l’avis du Conseil Economique, Social et Environnemental du 13 mai 2015

 

 

 

En Languedoc Roussillon “Je regrette l’utilisation définitive et irréversible de terres
arables en couronne des grandes agglomérations”  dit le
Président de la
SAFER Languedoc-Roussillon  et oui mais  c’est la première région de France pour la destruction
/ artificialisation des terres agricoles !


Dans l’Hérault : 465 000 ha nécessaires pour nourrir 1 million
d’habitants de l’Hérault.  306 000 ha
nécessaires pour les produits animaux

Surface cultivée aujourd’hui
dans l’Hérault = 185 000 ha (39% des besoins de l’Hérault)

logo_2_copie.jpg 

Dans le montpelliérain :

179 000 ha nécessaires pour
nourrir 401 000 habitants de la région urbaine de Montpellier

Chaque hectare est précieux et devra être
regardé à la lumière de ce qu’il représente en terme d’alimentation, d’emploi,

… ”Isabelle Touzard, vice-présidente de Montpellier Méditerranée Métropole et
Phlippe Saurel d’affirmer :  “A revers du tout-béton, l’agriculture et la
protection des terres fertiles sont une priorité

 

Mais alors pourquoi continuent-ils ? pourquoi
ne s’opposent-ils pas aux projets absurdes, inutiles, destructeurs des espaces
naturels et terres agricoles que sont Oxylane, Caylus, Les Cévennes ?

Il est nécessaire de faire
l’inventaire des terrains les plus fertiles et les plus facilement irrigables pour
y pratiquer une agriculture bio fournissant 
les marchés et  la restauration
collective notamment.





 

DSC01627.JPGOxylane / Décathlon Touche pas à la terre !

Au
nord de Montpellier, à Saint-Clément-de-Rivière,24 hectares de terres agricoles et espaces naturels sont enpéril à
cause d’un projet de zone commerciale Oxylane – Décathlon.

Le
collectIf Oxygène ( 13 assos ) a élaboré un projet agricole alternatif à Oxylane :


Projet_agricole.pdf


Rien n’est joué, le terrain n’est pas
encore vendu, les recours juridiques se poursuivre et surtout la mobilisation
s’amplifie ( voir articles de presse suite à la conférence de presse donnée le
2 juin par le collectif) .

Mobilisons
nbous ! Samedi 6 juin le terrathlon ! parcours relais …. Rejoignez nous aux
divers points de rassemblement et tous à 15 heures devant Décathlon

10h
:  Saint-Clément de Rivière – Campus de
Bissy :  Départ de la caravane vélos
depuis le terrain du projet Oxylane-Décathlon

10h45
: Parking du tram Occitanie

11h30
: Marché des Arceaux (devant le café La Cigale)

12h30
: Pique-nique sur l’Esplanade (kiosque)
départ 14h

15h :
Magasin Décathlon au Centre Commercial Odysseum

 

 Articles presse  suite à la conférence donnée par le Collectif Oxygène article_la_marseillaise.pdf      article_Midi_libre.pdf


le tract du collectif :6_juin_contre_oxylane_decathlon.pdf

 




_RUF8584.jpgSTOP à la ZAC de Caylus (Castelnau le Lez)

Le
projet de la Zac de Caylus (19 hectares de construction immobilière) détruit
les dernières zones agricoles de la commune et coupe définitivement le corridor
de circulation écologique entre le Lez

et
le Salaison.

En
mars dernier, les fouilles archéologiques préventives ont révélé l’existence
d’une nappe phréatique haute sur les lieux de la future la Zac.

Elles
ont permis également de découvrir un site gaulois dédié à l’eau datant d’avant
la conquête romaine (2ème siècle av. JC). On l’appelle «colline des sources »
et on compte encore à ce jour 7 puits et une source.

Caylus
est un site hydraulique remarquable, mais dans les études préalables au
chantier de la ZAC, la nappe phréatique n’avait été mentionnée dans aucun
document. Il s’agit pourtant d’une nappe phréatique haute qui affleure selon
les saisons à une profondeur comprise entre 40 cm et 1mètre de la surface du
sol.

Le
collectif « Que vive Caylus, la colline des sources » dénonce les conditions
dans lesquelles ces études ont été conduites et alerte les autorités sur la
dangerosité de l’urbanisation de cette zone.

Le
collectif « Que vive Caylus, la colline des sources » demande d’urgence un moratoire
sur ce projet hasardeux de la Zac de Caylus.

À
l’heure d’une disparition irréversible des terres agricoles, il interpelle la

Métropole
pour une remise à plat complète de la destination des lieux ménageant aussi le
caractère historique du site.

 

Sauvons la colline des Cévennes !

Arbres
ou béton, choisissons! . Un collectif d’habitant-es du quartier s’oppose à un
projet mal pensé et jamais discuté avec les riverains:

Une
soixantaine de logements sociaux vont se rajouter au 500 qui existent déjà, appauvrissant
le quartier et entrainant la destruction totale de l’espace vert de la colline
“Las Rebes”, le chantier commencera dés Juin.

SIGNEZ
LA PETITION ! Vous en trouverez chez tous les commerçants solidaires sur
l’Avenue Louis Ravas et l’Avenue du Père Soulas.

Venez
discuter avec nous tous les mardis a partir de 17H30! Sur la colline (au
croisement du Chemin de Casseyrols et de la Rue des Eucalyptus), jusqu’à
l’abandon pur et simple du projet. Un projet alternatif doit voir le jour, le
Nord de Montpellier ne dispose d’aucun parc, d’aucun jardin qui soit au milieu
des zones urbaines, il est peut-être temps de créer le nôtre…

Le Collectif Vert pour la Colline du Quartier des
Cévennes

Sébastien Rougier 254, rue de Casseyrols Résidence Le
Daudet
Apt 50 Bat C 34090 Montpellier 06.63.75.35.92

 

Et en Lozère aussi ! un collectif s’est
formé contre le projet d’une zone artisanale à Cocurès sur des terres
agricoles.

Un rassemblement a eu lieu samedi 30 mai sur les
terrains agricoles menacés par la construction d’une zone artisanale à l’entrée
du village de Cocurès et à proximité du panneau qui rappelle que ce territoire
est classé au patrimoine
mondial de l’Unesco
. Une trentaine de personnes ont répondu à
l’appel de la Confédération paysanne. Symboliquement, les
participants ont planté des tournesols, des haricots grimpants et des courges
qui seront offertes cet automne à l’association floracoise . “Il s’agit d’une belle parcelle, avec
de l’eau à proximité, qui pourrait accueillir une serre
“, précise
Muriel Pascal porte-parole de la Confédération paysanne.

 

En Lozère, sous prétexte de grands espaces, on
sacrifie plus de terres agricoles qu’ailleurs, ce que nous avons signalé au
commissaire enquêteur lors de l’enquête publique sur ce projet de zone
artisanale. La souveraineté alimentaire ne se raisonne pas à l’échelle d’un
département.”



                                                                                                                                                               Jean-Claude Carcenac


Partager :
Ensemble 34